Accueilfil-ariane-sepLa vie chez Soucyfil-ariane-sepUne partie importante du pavillon de l’UQTR à Drummondville portera le nom de « Place Soucy ».

Une partie importante du pavillon de l’UQTR à Drummondville portera le nom de « Place Soucy ».

24 octobre 2016
Une partie importante du pavillon de l’UQTR à Drummondville portera le nom de « Place Soucy ».

En guise de remerciement pour la très grande contribution du groupe Soucy à l’édification du pavillon de Drummondville, le recteur de l’Université du Québec à Trois-Rivières, monsieur Daniel McMahon, a officiellement présenté la « place Soucy » (nom donné à l’endroit regroupant l’espace café, le hall d’entrée, le vestibule principal, la place extérieure et la promenade longeant le pavillon).

L’annonce a été faite le 5 octobre dernier lors d’une cérémonie d’hommage aux quatre principaux donateurs de ce projet structurant pour le Centre du Québec visant à offrir des services éducatifs de niveau universitaire dans la région.

Monsieur Gilles Soucy, fondateur du groupe et président du conseil d’administration, s’est vu remettre une plaque de reconnaissance pour son implication et son leadership qui permettront de faciliter l’accès aux études à la population environnante, une cause qui lui est très chère.

« Nous sommes très heureux de pouvoir manifester concrètement notre gratitude à ces donateurs exceptionnels, dont l’engagement s’est révélé déterminant pour la réalisation du campus de l’UQTR à Drummondville. Leurs noms seront désormais associés officiellement à différents éléments du campus, pour nous rappeler à quel point ils ont su être généreux et visionnaires », a commenté Francine Ruest Jutras, présidente du conseil d’administration de l’UQTR.

Le nouveau campus offre des programmes universitaires complets en sciences infirmières, en éducation préscolaire et primaire, en sciences comptables et administration des affaires en plus d’un MBA exécutif et de certificats, entre autres.

La campagne de financement pour l’établissement du campus de Drummondville s’est échelonnée sur 5 ans et a rapporté près de huit millions de dollars.

 

Source: Françoise Descôteaux, Service des communications, UQTR