Accueilfil-ariane-sepLa vie chez Soucyfil-ariane-sepUn stage, une histoire : en génie-mécanique

Un stage, une histoire : en génie-mécanique

27 septembre 2016
Catégorie : Témoignages
Un stage, une histoire : en génie-mécanique

­Plonger à l'eau

Moi, je suis Hugo, étudiant de deuxième année en génie mécanique à l’université McGill. J'ai appliqué chez Soucy International parce que je voulais un stage où j'allais pouvoir mettre en oeuvre mes connaissances théoriques apprises à l'école. J'étais à la recherche de ma première expérience dans le domaine.  

Lors de mon stage, j’ai travaillé avec l’équipe de conception des équipements qui se trouve dans l’usine des chenilles de caoutchouc. J'ai eu la chance d'être jumelé avec des gens d'expérience et de jeunes ingénieurs. Cela m'a permis d’avoir une meilleure idée du travail que je pourrais accomplir après l'obtention de mon bac en génie mécanique et plus tard dans ma carrière.

Quant à mon travail, en général, on me présentait une problématique et on me disait : GO! C’était un signe d’une grande confiance, même si parfois, je craignais de manquer d'informations pour pouvoir accomplir le projet. Le truc que j’ai trouvé : diviser la tâche à accomplir en plus petites tâches, cibler celles pour lesquelles j’aurais besoin de soutien et demander de l’aide à mes collègues. Une fois que j'ai eu terminé quelques projets, j'ai commencé à prendre confiance et à apprécier la liberté que j'avais dans mon travail. Bref, j’ai tranquillement transformé ma peur de ne pas savoir quoi faire en défi à relever.

« Je me pose souvent la question : est-ce que ce qu'on apprend à l'école, c'est vraiment utile? Eh bien après mon stage chez Soucy, j'ai assurément une vision différente de ce que je vais apprendre durant mes cours. », Hugo St-Amant.

Maintenant que j'ai compris à quoi pouvait servir ce que l'on apprend à l'école, je crois que j'aurai plus de plaisir à l'avenir. J'ai aussi réalisé durant mon stage qu'on n’arrête jamais d'apprendre!

À la fin de mon stage, je réalise que mon expérience chez Soucy ressemble beaucoup à un plongeon : avant de sauter, on peut douter de sa capacité à réussir. En plongeant, tout se passe très rapidement, mais quand on a terminé, on veut juste recommencer!

Articles récents