Homefil-ariane-sepBlogfil-ariane-sepEmploi en production : le métier d’assembleur-mouleur (French only)

Emploi en production : le métier d’assembleur-mouleur (French only)

September 29, 2017
Category : Employee reviews
Employé qui moule une chenille en caoutchouc

Les emplois en production dans les entreprises manufacturières sont nombreux, diversifiés et parfois mal connus. Découvrez aujourd’hui le métier d’assembleur-mouleur, ses tâches, avantages et qualités requises, à travers les témoignages de Dany Lambert, assembleur-mouleur, et d’Evans Patry, superviseur!

Des spécialistes de l’assemblage et du moulage de chenilles

Les assembleurs-mouleurs fabriquent des chenilles de caoutchouc de A à Z pour des véhicules de sports motorisés, des souffleurs à neige, des véhicules industriels et agricoles ou encore des véhicules de défense. « On prend de la matière première qui arrive en différentes dimensions, on la met sur une grosse roue de montage en suivant la recette pas à pas afin d’obtenir une structure en caoutchouc, qu’on insère au final dans une grande presse pour la cuisson », explique Dany.

Les tâches de l’assembleur-mouleur

Au quotidien, les assembleurs-mouleurs effectuent plusieurs opérations, par exemple :

  • Vulcanisation : on met le caoutchouc brut dans la presse, qui cuit la chenille. Cette étape peut durer entre 10 minutes et 7 heures pour les plus gros modèles;
  • Ébavurage : on enlève l’excédent de caoutchouc, la « trim », sur les côtés de la chenille;
  • Contrôle du procédé : tout au long des opérations, on collecte des données sur le procédé, afin de s’assurer de produire des chenilles toujours identiques.

S’ils doivent parfois fournir un effort physique pour accomplir leurs tâches, les assembleurs-mouleurs utilisent aussi de l’outillage qui leur permet de manipuler les chenilles sans trop forcer, afin d’éviter les risques de blessure. « Je suis souvent sur des modèles de chenilles de défense et on utilise un pont roulant spécial pour les manipuler, car elles pèsent entre 600 et 800 kg », affirme Dany. D’autres modèles, plus légers, peuvent très bien être déplacés à la main.

Ce que les assembleurs-mouleurs aiment de leur travail

Le travail d’équipe

« J’aime faire les grosses chenilles de défense. On travaille beaucoup en équipe là-dessus, comparativement aux petits modèles, qui se font plus individuellement. On manipule du gros équipement et c’est l’fun. » - Dany
« Les gens collaborent très bien ensemble, il y a une belle chimie. Le chef d’équipe ou l’ingénieur va aller voir l’assembleur-mouleur sur sa presse et lui demander comment ça va son travail, quels sont les problèmes qu’il rencontre… les gens ne se font pas dicter quoi faire, c’est un travail d’équipe. Puis souvent nos collègues deviennent des amis. Le matin, c’est comme si tu quittais ta famille pour aller rejoindre ta 2e famille. » - Evans

La possibilité d’exprimer leurs idées

« Les gens sont sollicités, ils ont le droit de dire ''faudrait qu’on travaille de telle façon''. L’ingénierie le demande pour que nos produits fonctionnent et que nos clients soient heureux. On a besoin de gens qui ne laissent pas leur cerveau dans la case. Ça fait partie des choses qui me motivent et qui motivent les gens qui travaillent ici. » - Evans

Les compétences requises

Il n’y a pas de programme d’étude spécifique pour apprendre le métier d’assembleur-mouleur. C’est quelque chose qui s’apprend sur le terrain, avec le soutien des collègues et de l’équipe. Cela dit, lorsque les recruteurs sélectionnent des candidats, ils recherchent des gens :

  • Attentifs à ce qu’ils font, appliqués, méticuleux
  • Qui aiment travailler de leurs mains
  • Qui aiment proposer des idées pour améliorer le produit ou sa fabrication

Côté scolarité, un secondaire 5 est suffisant pour être embauché. Les hommes autant que les femmes sauront effectuer le travail avec brio, tant qu’ils ou elles ont le désir d’apprendre et de collaborer!

Possibilités d’avancement dans l’usine

Plusieurs employés effectuent ce travail depuis plusieurs années, comme c’est le cas pour Dany, qui œuvre comme assembleur-mouleur depuis déjà 15 ans.
Cependant, pour ceux qui préfèrent le changement, il y a beaucoup de possibilité d’évoluer dans l’entreprise, comme en témoigne le parcours d’Evans :

« Je suis rentré comme assembleur-mouleur, ce n’était pas le poste que j’aurais voulu, mais c’est ce qu’on offrait à ce moment-là. J’avais plus des vues en supervision parce que j’avais toujours aimé le côté gestion. Au fil du temps, des postes se sont ouverts, et j’ai eu l’occasion d’être chef d’équipe, technicien de procédés, technicien de production, puis on m’a aussi accrédité pour donner de la formation sur les chariots élévateurs et les ponts roulants. Un jour, un poste de superviseur s’est ouvert et on est venu me voir pour savoir si j’étais intéressé. Ça va faire 3 ans et demi que j’occupe ce poste-là. »

Une fois engagé, les employés ont accès aux postes ouverts dans toutes les filiales de l’entreprise. Quelqu’un qui entre chez Soucy Caoutchouc par exemple, pourra travailler chez Soucy International plus tard s’il en a envie. Il y a donc beaucoup d’opportunités pour quelqu’un qui veut rester longtemps, exercer différentes fonctions et grandir avec l’entreprise. D’ailleurs, la plupart des chefs d’équipe actuels chez Soucy Caoutchouc ont commencé comme assistants aux opérations ou assembleurs-mouleurs.  

Un emploi d’assembleur-mouleur vous intéresse? Postulez dès maintenant et joignez-vous à l’équipe de Dany et Evans!